Accueil démocratie Monsieur Romand, nous connaissons bien notre sujet !

Monsieur Romand, nous connaissons bien notre sujet !

0
0
342
DSCN5800_23-10-15

« Ils parlent de choses qu’ils ne connaissent pas. Ils se trompent de combat ». Voici comment Ludovic Romand, président de l’entreprise « Romand T.P » qui souhaite installer une unité de concassage-criblage dans la zone du Chamberon à Scionzier, parle de notre opposition à son projet dans le journal Le Messager

En effet, pour monsieur Romand, son projet d’installation ne pose aucun problème car tout est aux normes, ajoutant plus loin :

« Nous n’allons quand même pas mettre de vieilles machines qui fument tout noir »

Que ces propos sont ridicules. Monsieur Romand sait-il que la pollution de l’air aux particules fines dans la vallée est issue, entre autres choses, des feux de cheminées ? Il suffit de regarder un feu de cheminée par temps ensoleillé l’hiver pour voir que la fumée, invisible, n’en reste pas moins nocive. Sait-il qu’un tiers des particules fines émises par les voitures sont issues de l’usure des freins et des pneus, invisibles à l’oeil nu ?

Mais Monsieur Romand parle d’un sujet qu’il ne connait pas car « l’étude » ce n’est pas lui qui la faite mais Edaphos, une entreprise suisse spécialisée dans l’ingénierie des sols. Et voici ce que cette entreprise ose dire dans le dossier d’enregistrement pour les ICPE (installations classées protection de l’environnement) :

Les émissions diffuses de poussières sont limitées aux périodes d’activité de l’installation. Ces poussières de par leur nature minérale, sont denses et risque peu d’incommoder le voisinage ou de nuire à la santé et à la sécurité publique (d’autant que les tiers et entreprises sont assez éloignés du site[...] Concernant l’activité de concassage, les matériaux de par leur nature minérale ne produiront pas d’odeur.

 

Une installation qui doit fonctionner de 7h à 18h, belle limite quotidienne des émissions de poussières ! De plus dire que les poussières ne comportent aucun risque car de « nature minérale » alors même que « Romand T.P » annonce effectuer des « auto-contrôles » (!) des rejets en particules est bien incohérent…

Car, malheureusement, il n’y a pas besoin d’avoir des composants chimiques pour polluer l’atmosphère et avoir un impact sanitaire : l’écobuage, soit le brulage des déchets naturels que sont les végétaux, est par exemple très grand émetteur de particules fines. Et les émissions de B.T.P sont mentionnées à plusieurs reprises dans le plan de protection de l’atmosphère comme une source de particules fines (PM 10). Quelle que soit l’origine, une trop grande concentration de poussières de petites tailles est mauvais pour l’appareil respiratoire.

Qu’une entreprise spécialisée de l’environnement puisse dire cela montre à quel point elle n’est qu’une chambre d’enregistrement des intérêts de « Romand T.P ». D’ailleurs, il faut bien être éloigné du vécu des habitants de cette zone, et en général du problème de la pollution de l’air, pour dire que les « les tiers sont assez éloignés du site » (moins de 200 mètres).

Visiblement, cette entreprise ne connait pas les effets synergiques, c’est-à-dire les transformations dangereuses qui peuvent avoir lieu lorsque différentes molécules et particules se rencontrent et s’agrègent dans l’air pour former un cocktail de polluants. On a là une mentalité étriquée qui masque le fait que cette zone encastrée dans la Cluse est déjà saturée, entre autres, par les rejets de métaux lourds d’Hacer et le dioxyde d’azote de l’autoroute blanche…

Comme si cela ne suffisait pas à prouver son amateurisme, Edaphos ne mentionne les particules fines qu’au prisme de la (non) « incommodation » par les « odeurs » ! Mais les habitants ne se plaignent pas d’une simple odeur, mais de symptômes respiratoires chroniques.

Ludovic Romand sait maintenant que nous ne combattons pas les installations de recyclage des gravats issus du B.T.P mais bien le développement anarchique de la vallée. La seule solution est une planification rationnelle du développement social et économique d’une vallée naturellement limitée, un rôle visiblement oublié par les collectivités publiques.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par comiteantipollutioncluses
Charger d'autres écrits dans démocratie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Fiche polluant (6/8) : Les COV.

COV est l’acronyme de Composé Organique Volatile. Ils existent en grande partie sous…